Rentrée 2022 : De nouvelles formations porteuses !

Dans les académies de Toulouse et de Montpellier, dans le secondaire ou le supérieur, dans les grandes villes comme dans les plus petites… Cette rentrée, plus de vingt nouvelles formations ouvrent leurs portes en Occitanie...

Dans les académies de Toulouse et de Montpellier, dans le secondaire ou le supérieur, dans les grandes villes comme dans les plus petites… Cette rentrée, plus de vingt nouvelles formations ouvrent leurs portes en Occitanie pour répondre aux besoins économiques de la région.

Tous les secteurs porteurs, tous les niveaux !

Du CAP en passant par les bacs pro, les mentions complémentaires et dans le supérieur, des diplômes de niveau bac+2 (BTS) jusqu’au bac+5 (masters).

Illustration à Millau dans l’Aveyron avec l’ouverture d’un bac pro animation enfance et personnes âgées. Une filière qui répond parfaitement aux nombreux besoins du secteur santé, social et soins. Autres secteurs qui recrutent fortement : l’alimentation, l’hôtellerie et la restauration. Pour former ces professionnels, un CAP cuisine en un an ouvre ses portes cette année à Saint-Jean-du-Gard. De nouvelles formations fleurissent dans d’autres secteurs clés de la région : l’agriculture (CAP agricole services aux personnes et vente en espace rural…), la relation client (de nombreux bacs pro), les métiers des transitions numériques et énergétiques…

Zoom sur trois nouvelles filières du secondaire

Un bac pro systèmes numériques (SN), au lycée Simone de Beauvoir (Gragnague)
Le nouveau lycée de Gragnague, estampillé « lycée du numérique », ouvre ses portes et aussi de nouvelles filières ! Comme le bac pro SN, qui propose 30 places au sein de deux options : A (sûreté et sécurité des infrastructures de l’habitat et du tertiaire) et C (risques réseaux informatiques et systèmes communicants). « En trois ans, les élèves cumulent 22 semaines de stage et l’immense majorité poursuit ensuite en BTS et licence pro », décrit Françoise Alard-Dolques, la proviseure de l’établissement. « D’ailleurs, à Gragnague, l’ouverture d’un BTS option informatique et réseaux est prévue à la rentrée 2023. » Selon l’option choisie, ces diplômés travaillent dans les métiers de la gestion d’alarmes de sécurité et incendie ; ou deviennent spécialistes des réseaux informatiques.

Bac pro gestion administration, spécialité sport, au lycée Léon Blum (Perpignan)
Le monde du sport renforce ses formations et sa professionnalisation ! Dans les associations, fédérations, clubs sportifs, etc., on recherche aujourd’hui, par exemple, des professionnels pour gérer les problématiques de licences, de comptabilité, de communication, de préparation d’événements sportifs… « Nous sommes sollicités par les clubs alentour, et les 60 bacheliers pro gestion administration spécialité sport pourront y répondre », indique Bruno Oms, directeur délégué aux formations professionnelles. Ce bac en poche, les élèves peuvent par exemple poursuivre en BTS gestion des administrations et passer les concours de l’administration et de la fonction publique (éducateur territorial, conseiller des activités physique et sportive…).

Et bientôt : une formation complémentaire d’initiative locale (FCIL) gestion des déchets de la déconstruction, au lycée des métiers du bâtiment Urbain Vitry (Toulouse)

Les questions d’économie circulaire et de réemploi des matériaux de construction sont à l’ordre du jour dans le BTP. Toulouse Métropole et la Fédération du bâtiment et des travaux publics ont d’ailleurs répondu à un appel d’offres européen, « Life Waste2Build » pour financer une cinquantaine de chantiers exemplaires dans la métropole.
« Mais pour réaliser ces chantiers, il faut des gens formés ! Nous ouvrons donc cette FCIL, au lycée Urbain Vitry, une formation assez unique, puisqu’il n’en existe que deux en France », se félicite Dominique Laigroz, la proviseure de l’établissement toulousain. 12 places sont à prendre et elles s’adressent à des titulaires de bac pro bâtiment ou de bac STI2D qui souhaitent ajouter une spécialité « développement durable » à leur diplôme, avant de poursuivre en BTS.

Quelques exemples d’ouvertures dans le Sup !

Côté est, dans l’académie de Montpellier : un master management et prévention des risques à l’université de Nîmes
Ce master pluridisciplinaire de niveau bac+5, porté par la faculté d’administration économique et sociale (AES), met l’accent sur les sciences du management appliquées au domaine de la gestion des risques. Conçu avec une double finalité, recherche ou insertion professionnelle, il permet aussi bien de poursuivre en doctorat que de travailler.

Côté ouest, dans l’académie de Toulouse : un master de théâtre appliqué à l’université de Toulouse 2
Ce parcours inédit (le premier en France !) est proposé dans le cadre du master mention arts de la scène et du spectacle vivant. Il permet aux artistes, mais aussi aux professionnels et étudiants déjà titulaires d’une licence, de devenir acteurs du champ social, de créer une entreprise culturelle, ou encore de devenir chef de projet dans un hôpital, un centre de santé, une association, ou d’accompagner une collectivité.