Écoles de la deuxième chance : s’ouvrir au champ des possibles

Hier stagiaires des écoles de la deuxième chance d’Occitanie, aujourd’hui à des postes de policier adjoint et d’opérateur régleur sur machine à commande numérique...

Hier stagiaires des écoles de la deuxième chance d’Occitanie, aujourd’hui à des postes de policier adjoint et d’opérateur régleur sur machine à commande numérique… Découvrez les parcours sur mesure et retours d’expérience de 2 jeunes qui n’ont pas encore fini de rebondir !

Les E2C en bref

Ouvertes aux jeunes de 16 à 29 ans
Accompagnement personnalisé de 4 à 12 mois
Formation gratuite et rémunérée avec prise en charge des repas et fourniture d’un ordinateur portable (LoRdi), permettant la découverte des métiers avec des stages en entreprise
Un·e référent·e pour chaque jeune afin de lui construire un parcours sur mesure
Des E2C dans toute l’Occitanie : voir leur localisation
Plus d’informations ici

« Remettre les pieds sur terre pour mieux rebondir. »

« Je suis venu d’Italie avec un diplôme d’électricien. Je souhaitais venir en France parce qu’il y avait plus d’opportunités pour mon évolution professionnelle, mais pour cela je devais apprendre le français », explique Achraf. « J’étais effrayé avant de rejoindre l’E2C, je ressentais le fait de ne pas parler français comme un handicap. »

« J’avais 19 ans et j’avais arrêté l’école depuis la 3e, je ne savais pas trop quoi faire », avoue Ali. « J’avais un peu des préjugés sur ce type d’école. Mais la réalité c’est que suivre cette formation m’a permis de remettre les pieds sur terre pour mieux rebondir. »

Construire un projet professionnel sur mesure

« Mon tuteur a identifié où étaient mes carences, j’ai eu des cours de français renforcé et des devoirs à la maison pour m’aider à dépasser la barrière de la langue », se rappelle Achraf avant d’ajouter : « Après 4 mois à l’E2C, je me suis senti beaucoup plus confiant, j’avais un niveau de français suffisant pour suivre une formation au GRETA et obtenir un certificat de qualification paritaire de la métallurgie (CQPM) opérateur régleur sur machine à commande numérique. »

« Ce n’est pas une formation classique où il n’y a que de la théorie. Le fait d’être en petite promotion permet d’être très bien encadré », précise Ali. « Mon référent m’a parlé des concours d’entrée des forces de l’ordre. Comme cela me motivait, j’ai révisé et j’ai eu le concours du premier coup ! »

Prendre conscience de ses compétences

« J’ai fait un stage d’un mois et dès la deuxième semaine j’ai eu une proposition de CDI », se réjouit Achraf. « J’ai tout de suite saisi l’opportunité ! »

« Même si je ne me considérais pas comme scolaire, l’école de police m’a beaucoup plu, ce qui m’a permis d’obtenir un bon classement », partage Ali.

Se sentir confiant et motivé pour la suite

« Je suis en CDI depuis un an et, maintenant, j’envisage de passer l’équivalence du bac, puis la qualification pour le métier de technicien d’usinage », se projette Achraf.

« Je viens de réussir le concours de gardien de la paix, ce qui me permettra d’être titulaire », poursuit Ali. « J’aime le métier que je fais, car il y a beaucoup de diversité (sur le terrain, en bureau, brigade cynophile, etc.) et de perspectives d’évolution ! »

Découvrez également les témoignages de Dylan et Jean-Pierre, anciens stagiaires de l’E2C Narbonne.

Les E2C en marche contre les discriminations

Une centaine de jeunes des E2C d’Occitanie ont participé à une manifestation nommée « Développer son Esprit’Critik avec les E2C » organisée avec le Club de la presse Occitanie. L’objectif : leur apprendre à détecter les fake news, à trier les informations et à développer leur esprit d’analyse, notamment face aux thèses du racisme et de l’antisémitisme.
Découvrez quelques-uns des projets « citoyenneté, esprit critique et lutte contre les discriminations »réalisés par les stagiaires des E2C :
Une chanson et un clip (E2C de Toulouse).
Une vidéo primée dans le cadre d’un concours Instagram du Réseau E2C France (E2C de Narbonne).