Travailler pour un monde durable

La transition énergétique et écologique est lancée et ses enjeux sont nombreux : environnementaux, sociaux et bien sûr économiques. En Région Occitanie, le Plan Repos…

La transition énergétique et écologique est lancée et ses enjeux sont nombreux : environnementaux, sociaux et bien sûr économiques. Pour la Région Occitanie, le plan REPOS joue un fort rôle d’incitateur. Institutions publiques, collectivités, entreprises, mais aussi le monde de la formation sont concernés et œuvrent ensemble pour un territoire durable. Tous les secteurs et tous les métiers peuvent être impactés. Prêts à vous mettre au service de la planète, de son climat et de ses habitants ?

L’Occitanie, une région verte

Avec son plan REPOS, l’Occitanie s’est fixé l’objectif de devenir la 1re région à énergie positive d’Europe d’ici 2050, ce qui se traduirait entre autres par 100 % d’énergies renouvelables et plus de 94 000 créations d’emplois.
Elle excelle déjà dans le domaine énergétique : elle est la 1re région pour l’éolien flottant, la 1re région française à s’être dotée d’un plan hydrogène vert pour le développement d’une véritable filière structurée et génératrice d’emplois, etc. Mais l’Occitanie a aussi de grandes ambitions en termes d’économie circulaire, comme la valorisation et le recyclage de plus de 57 % de déchets contre 38 % aujourd’hui. Elle est enfin une grande protectrice de la biodiversité : on estime qu’environ 176 000 emplois dépendent directement et indirectement de ce domaine dans notre région.

3 leviers pour une région durable

L’énergie

Il s’agit de transformer cette filière, depuis sa production jusqu’à son utilisation.

Développer les énergies renouvelables
Le territoire régional dispose de nombreux atouts naturels, tels que le soleil, la mer et le vent. Ainsi, en 2018, selon le Réseau de transport d’électricité (RTE), la production d’énergies solaire, hydraulique et éolienne, ainsi qu’issue de la biomasse, a permis de couvrir près de la moitié (47,7 %) de la consommation d’électricité de la région.
Pour travailler sur le développement d’énergies durables, la région a besoin de compétences diverses : ingénieur·e, météorologue, électricien·ne installateur·rice, conseiller·ère en maîtrise énergétique dans le BTP, chef·fe de projet éolien, ingénieur·e en énergie solaire ou en R&D dans les énergies renouvelables, géophysicien·ne, conseiller·ère espace info-énergie, économe de flux… le renouvelable promet de nombreux postes à pourvoir !

Améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments
Diminuer notre consommation énergétique passe déjà par une amélioration de la performance énergétique de nos habitats. Un logement mal isolé est très énergivore. Face à ce constat, des programmes de rénovation énergétique sont mis en place. La filière du BTP est donc au cœur de la transition énergétique : elle pense et construit les logements de demain. De nombreuses entreprises se spécialisent dans l’écoconstruction grâce à des innovations telles que la fabrication de bâtiments écologiques à partir d’ossatures de bois. Côté métiers, maçons, zingueurs, chauffagistes et autres artisans sont missionnés aux côtés d’autres professionnels dans l’ingénierie, l’industrie ou encore le management.
Pour en savoir + : Envirobat Occitanie

Agir sur les transports de personnes et de marchandises
En France, les transports représentent 30 % des émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique. La modification de nos modes de déplacement, notamment entre le domicile et le travail, est donc un enjeu majeur. Mais pas de retour à la calèche en perspective : voitures électriques, aménagement de pistes cyclables et piétonnes… pour une mobilité durable, les solutions existent !
Du côté des transports de marchandises, on assiste à l’émergence de solutions très innovantes : la Région mise par exemple sur l’hydrogène vert pour faire rouler les poids lourds. Sur la mer, la start-up Airseas, créée par un ingénieur d’Airbus, veut équiper les cargos d’une voile rappelant celle du kitesurf pour traverser l’océan à la force du vent. Elle permettrait d’économiser jusqu’à 20 % de carburant.

Le deux-roues a la cote !
La filière du vélo connaît une ascension fulgurante. La « vélomania » séduit les industriels et inspire les artisans. À Fenouillet, près de Toulouse, Gaël Baudou fabrique des vélos entièrement de ses mains. Dans le Gers est né le cluster Vélo Vallée, qui s’est donné pour mission de structurer cette filière.
L’économie circulaire

Produire de manière plus responsable, d’accord, mais que faire des ressources déjà existantes ? Pour lutter contre la surproduction, cap sur l’économie circulaire ! C’est un modèle qui vise à limiter le gaspillage des ressources et l’impact sur l’environnement à toutes les étapes du cycle de vie d’un produit. Elle repose sur une meilleure gestion des déchets. Rien ne se perd, tout se transforme… en emplois : social et solidaire, ce modèle crée des postes dans de nombreux secteurs et favorise l’insertion ou la réinsertion des personnes en situation de handicap ou éloignées du marché du travail. Au programme : recyclage, réparation, tri, consigne…
Pour en savoir + : Cycl’Op

Des pulls d’hiver… verts !
Autrefois jetée ou peu valorisée, la laine est aujourd’hui recyclée. En Ariège, la rencontre entre un éleveur de brebis et une tisserande a redonné vie à une filière qui emploie de nombreux artisans. Paysans, tondeurs, filateurs, tricoteurs, tisserands, lainiers et tanneurs travaillent main dans la main pour façonner des vêtements artisanaux, locaux et durables.
La préservation de la biodiversité

De nombreuses structures en Occitanie œuvrent pour préserver le patrimoine naturel exceptionnel de la région, à commencer par l’Agence régionale de la biodiversité, qui coordonne les différents acteurs locaux.
Préserver, réparer, éduquer… le champ d’action est vaste. Allez par exemple faire un tour sur ce site créé par l’Office français de la biodiversité, qui présente tout un répertoire de métiers dans ce domaine. Et suivez avec attention les 2es Assises régionales de la biodiversité, qui se tiendront lors du Salon national des professionnels  de l’écologie et de la biodiversité du 27 au 29 octobre 2022 à Montpellier.

On l’a vu, le bâtiment, les transports, l’industrie textile sont impactés par la transition énergétique et écologique. Ce sont loin d’être les seuls secteurs concernés : l’agriculture, le tourisme et bien d’autres encore le sont, au bénéfice de notre santé et celle de l’environnement.
Pour en savoir + 
Consultez le dossier « Transitions » du magazine ID. Métiers « Travailler pour un monde durable ».

Des métiers pour moi ?

Pour travailler au service de la transition énergétique et écologique ou de la biodiversité, de nombreuses formations existent, à tous les niveaux, du CAP au doctorat, menant à des métiers extrêmement divers et qui s’adressent aussi bien aux femmes qu’aux hommes. Feuilletez le magazine ID. Métiers « Travailler pour un monde durable » pour en savoir plus et découvrir de nombreux témoignages.

Zoom sur l’École de la transition écologique
Former des jeunes de 15 à 25 ans, en décrochage scolaire ou éloignés de l’emploi, à des métiers porteurs de sens : cette école a tout bon ! Après un 1er établissement implanté à Lahage près de Toulouse, « des écoles vont voir le jour d’ici début 2022 en Aveyron, dans le Gers et dans le Gard », annonce Frédérick Mathis, président de la Fondation ETRE.
Pour en savoir + : c’est ici !

5 pistes de formations pour travailler au service de la transition écologique et énergétique ou de la biodiversité

  1. Travaillez dans le développement durable en devenant technicien·ne en bureau d’études après un BUT génie civil construction durable à l’IUT de Tarbes.
  2. Soyez acteur·rice de la transition énergétique au poste de technicien·ne de maintenance biogaz après un BTS maintenance des systèmes de production au lycée Gaston-Monnerville de Cahors.
  3. Préservez la biodiversité en transmettant le respect de la nature après une licence pro coordination de projets en éducation à l’environnement et au développement durable à l’Institut Agro Montpellier.
  4. Œuvrez pour l’économie circulaire en vous formant au métier d’agent·e valoriste avec un CAP propreté de l’environnement urbain – collecte et recyclage au lycée Lucie-Aubrac de Sommières.
  5. Contribuez à la bonne gestion des ressources en eau en tant qu’animateur·rice de bassin versant, après un BTS métiers de l’eau au lycée Sainte-Marie de Bagnols-sur-Cèze.

Plus de fiches métiers ici !

Bon plan !
Dans le cadre du Pacte Vert, la Région souhaite encourager les moins de 25 ans à se former aux métiers verts en mettant en place un « Revenu Écologique Jeune ». À suivre…

Pour aller plus loin :
•  Le portail de la transition écologique et énergétique de la Région Occitanie
•  « Éclairages et synthèses – Focus sur les métiers en Occitanie » document réalisé par Pôle emploi (septembre 2021) : Les métiers de l’environnement, développement durable
•  Les Campus des métiers et des qualifications Habitat, énergies renouvelables et éco-construction et Transition énergétique