Pourquoi les IUT d’Occitanie ont-ils la cote ?

Les IUT de la région Occitanie proposent de nombreuses formations sur l’ensemble du territoire pour former des technicien·ne·s supérieur·e·s et scientifiques qui s’inséreront facilement dans le monde professionnel. Le point sur une voie de formation qui mérite d’être étudiée de près.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les IUT de la région Occitanie proposent de nombreuses formations sur l’ensemble du territoire pour former des technicien·ne·s supérieur·e·s et scientifiques qui s’inséreront facilement dans le monde professionnel. Le point sur une voie de formation qui mérite d’être étudiée de près.

Étudier près de chez vous, c’est possible en Occitanie

Avec 14 sites répartis sur l’ensemble de la région, les 9 IUT d’Occitanie offrent un maillage régional dense, de Figeac à Perpignan et de Tarbes à Nîmes ! Vous pouvez retrouver ces différents sites et les formations qui y sont proposées sur cette carte interactive. Ce grand choix de localisations possibles vous permet d’étudier près de chez vous ou n’importe où dans la région, et d’avoir accès à la formation que vous souhaitez.

DUT/BUT : un changement avantageux

Cette année, le DUT a été remplacé par le BUT (Bachelor Universitaire de Technologie), un diplôme niveau bac+3. Ce changement est bénéfique pour les étudiant·e·s : désormais, vous pouvez atteindre le niveau licence sans sélection supplémentaire, tout en obtenant le DUT en 2e année de BUT.

« Une grande révolution ! »

Patrick Laurens, directeur de l’IUT Paul-Sabatier et président de l’Association régionale des IUT de l’académie de Toulouse
Conditions d’accès :

–        Après les bacs généraux et technologiques
–        Accessibles également aux candidats issus de la formation continue
–        Candidature à réaliser sur Parcoursup
–        Sélection sur dossier
–        Tests et entretien de motivation pour certains établissements

42 BUT possibles : le plus dur, c’est de choisir !

L’offre de formation des IUT d’Occitanie est très riche : à elles deux, les académies de Toulouse et de Montpellier proposent 25 spécialités réparties sur l’ensemble de leurs sites. L’occasion pour chacun, non seulement de trouver sa voie en fonction de ses aspirations et centres d’intérêt, mais aussi de se former à des métiers porteurs dans la région, comme ceux de l’économie numérique ou du développement durable.
« Les grandes spécialités enseignées en France sont disponibles aussi bien à l’est qu’à l’ouest du territoire », affirme Patrick Laurens. Maxime Estaben, directeur de l’IUT de Perpignan et président de l’Association régionale des IUT Occitanie-Méditerranée, ajoute : « La force du réseau des IUT en Occitanie est de pouvoir accompagner l’étudiant dans son projet et de proposer d’éventuelles passerelles d’un IUT à un autre, même s’ils dépendent d’universités différentes. »

Spécialités
Administration, gestion, commerce• Carrières juridiques (Narbonne, Rodez)
• Carrières sociales (Béziers, Figeac, Blagnac)
• Gestion des Entreprises et des Administrations (Auch, Montpellier, Nîmes, Perpignan, Rodez, Tarbes, Toulouse)
• Gestion Logistique et Transport (Perpignan)
• Techniques de commercialisation (Béziers, Carcassonne, Castres, Figeac, Montpellier, Tarbes, Toulouse)
Chimie, biologie, procédés• Chimie (Castres, Montpellier, Sète)
• Génie biologique (Auch, Montpellier, Perpignan)
• Génie chimique – Génie des procédés (Narbonne, Toulouse)
Communication• Information – Communication (Rodez, Toulouse)
• Métiers du Multimédia et de l’Internet (Béziers, Castres, Tarbes)
Électricité, automatique, informatique• Génie électrique et Informatique industrielle (Montpellier, Nîmes, Tarbes, Toulouse)
• Informatique (Blagnac, Montpellier, Rodez, Toulouse)
Réseaux et Télécommunications (Béziers, Blagnac)
• Statistique et Informatique décisionnelle (Carcassonne)
Sciences industrielles, matériaux, contrôle• Génie industriel et Maintenance (Blagnac, Perpignan)
• Génie mécanique et productique (Figeac, Nîmes, Tarbes, Toulouse)
• Mesures physiques (Montpellier, Toulouse)
• Packaging, Conditionnement et Emballage (Castres)
• Qualité – Logistique industrielle – Organisation (Rodez)
• Science et Génie des matériaux (Nîmes)
Travaux publics, énergie, sécurité• Génie civil Construction durable (Nîmes, Tarbes, Toulouse)
• Hygiène – Sécurité – Environnement (Auch)

Une insertion professionnelle immédiate

Les formations des IUT s’articulent autour de nombreux travaux pratiques, de partenariats avec des professionnels, ainsi que de stages en entreprise obligatoires (20 à 28 semaines). Les diplômé·e·s sont donc opérationnel·le·s immédiatement : ils·elles ont acquis une expérience professionnelle et développé des soft skills, c’est-à-dire des savoir-être (intelligence relationnelle, capacités de communication…), fortement recherchés par les employeurs.
Vous pouvez également suivre un BUT par alternance, ce qui vous permet d’être formé.e sur le terrain par des professionnels tout en étant rémunéré·e pendant la formation. Un autre atout important : l’alternance est une véritable porte d’entrée dans l’entreprise, puisqu’elle peut déboucher sur un CDI une fois votre diplôme obtenu ! « Si aujourd’hui l’alternance n’est possible qu’à partir de la 2e année, on pourrait, à terme, essayer de la proposer dès la 1re année, nous y réfléchissons… » confie Maxime Estaben.

Une poursuite d’études optimisée

Si les titulaires d’un BUT bénéficient d’une insertion professionnelle immédiate et de qualité, nombreux sont celles·ceux qui choisissent de mettre à profit les connaissances universitaires acquises pour poursuivre leurs études. Avec un niveau bac+3 en poche, vous pouvez en effet intégrer des masters en école de commerce, d’ingénieur, etc.

Une mobilité internationale facilitée

Grâce à sa reconnaissance à l’international (niveau 6 européen, 180 ECTS), le BUT permet une meilleure mobilité des étudiant·e·s. Ainsi, un·e étudiant·e sur dix réalise son stage ou un séjour d’études à l’étranger dans le cadre de son BUT, un atout de plus pour vous insérer plus facilement dans la vie professionnelle une fois le diplôme en poche. « Un des axes que nous souhaitons travailler à l’IUT de Perpignan est le renforcement de notre collaboration avec la Catalogne. En Gestion des Entreprises et des Administrations à Perpignan également, une grande partie des cours se déroule en anglais », explique Maxime Estaben.

Des structures innovantes à taille humaine

Le BUT accorde une large place aux travaux dirigés et en petits groupes, la convivialité est donc de mise. Des équipes pédagogiques mixtes (universitaires et professionnels), investies et proches des étudiant·e·s, ainsi qu’un volume horaire important (35 à 40 heures hebdomadaires), procurent un cadre de travail stimulant. « L’accompagnement de l’étudiant·e sur ses trois années au sein de l’IUT est au cœur de notre démarche. L’acquisition de ses compétences est d’ailleurs évaluée uniquement en contrôle continu », souligne Maxime Estaben.
De plus, la Région soutient les IUT dans le développement de pratiques pédagogiques innovantes s’appuyant sur les technologies du numérique. Nombre d’entre eux disposent ainsi de locaux et d’équipements de pointe, comme l’IUT de Béziers, un bâtiment de haute qualité environnementale qui produit son électricité, recycle l’eau de pluie et dispose d’une médiathèque ultra-moderne.


« L’ADN de l’IUT repose sur trois piliers : la proximité puisqu’ils sont implantés dans de nombreuses villes moyennes en plus des grandes métropoles occitanes, l’approche “par compétences” et non plus “par connaissances”, en lien avec l’objectif de professionnalisation immédiate, et le triptyque université/lycée/entreprise : tout en bénéficiant d’un niveau universitaire de formation, les étudiant·e·s jouissent de la configuration type lycée, c’est-à-dire en petits groupes, avec des horaires conséquents, et du contact direct avec des professionnels qui interviennent dans leur formation. »

Patrick Laurens

Les IUT en Occitanie, c’est :

• 14 000 étudiant·e·s dont chaque année :
– 2 000 par alternance,
– 8 000 en stage,
– 600 en mobilité ;
• 2 000 intervenant·e·s professionnel·le·s ;
• + de 6 000 professionnel·le·s diplômé·e·s tous les ans.

Alors, pourquoi pas vous ?